Article publié le 18 Mai 2021 07:00:00
par Sophie CHAUDEY

À partir de quel âge peut-on devenir bénévole pour une association ?

De nombreux mineurs sont inscrits sur Solidarité-Peuple-Animal et souhaitent vivement s’investir pour la cause animale en devenant bénévoles. À condition que les statuts de l’association le permettent, il est tout à fait possible d’être jeune et engagé !

« J’ai toujours voulu aider des refuges mais je ne savais pas comment faire ; aujourd’hui grâce à Solidarité-Peuple-Animal j’ai trouvé comment m’y prendre » se réjouit Hafsa, 11 ans, sur son profil de bénévole (dans le 91). Comme la jeune fille, de nombreux enfants et adolescents de moins de 18 ans aimeraient s’investir auprès d’une association de protection animale. Sous certaines conditions, cela est tout à fait possible !

Les modalités selon lesquelles un mineur peut s’investir dans la vie associative sont régies par la loi du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté. Le texte stipule que « tout jeune mineur peut librement devenir adhérent d’une association, si les statuts de celle-ci le permettent ». Aucun âge limite n’est fixé par la loi, seules les associations sont en mesure de savoir à partir de quand elles peuvent accueillir sans risque et dans de bonnes conditions, une personne mineure.

En tant que simple adhérent d’une association, l’autorisation des parents ou des responsables légaux n’est pas obligatoire. Elle est cependant fortement recommandée. La plupart des associations, qui engagent leur responsabilité, demandent une autorisation écrite préalable et préfèrent rencontrer les familles ou les tuteurs de leurs jeunes volontaires.*

Comme pour les adultes, l’engagement du bénévole mineur peut être régulier ou ponctuel (lors d’événements ou des vacances scolaires par exemple). Les aspects pratiques : le rôle à tenir au sein de l’association, le temps consacré par le jeune à ses activités et la durée de ses missions sont à déterminer en amont. Bien sûr le règlement de l’association et son mode de fonctionnement s’appliquent au jeune bénévole.

Shutterstock

Des jeunes engagés

Sur Solidarité-Peuple-Animal, plusieurs jeunes de moins de 18 ans souhaiteraient consacrer une partie de leur temps libre à une association de protection animale. C’est notamment le cas de Ulysse, 11 ans (dans le 92). Sa passion pour les animaux lui vient de sa chienne Choupie, avec laquelle il a noué un « véritable lien » nous a -t- il expliqué. S’il souhaite devenir bénévole, c’est pour s’occuper d’autres animaux « qui n’ont pas forcément la même attention que Choupie », et peut-être retrouver « la même connexion » avec un autre compagnon à quatre pattes. Pour cela, Ulysse aimerait avoir l’occasion de « promener des animaux, les faire jouer et en apprendre un peu plus sur leur comportement et leur mode de vie. »

De son côté la jeune Hafsa a développé son amour pour les animaux grâce à ses deux lapins. Déjà très sensibilisée aux questions de protection animale, elle explique avoir adopté ses NACs en animalerie et regretter aujourd’hui ce choix « en voyant ces pauvres boules de poils dans les refuges ». Consciente des missions des associations, elle aimerait contribuer à leurs actions : « la cause animale est quelque chose qui me touche beaucoup et je ne trouve pas normal de voir tous les ans des animaux se faire maltraiter et être négligés. Ce sont malheureusement des choses qui arrivent beaucoup trop souvent. Mais grâce à des refuges nous pouvons tous ensemble stopper ce fléau » explique la jeune fille qui se rêve, plus tard, vétérinaire.

« Je n’ai pas peur des animaux et j’ai confiance en eux » précise par ailleurs Hafsa, prête à effectuer toute sortes de tâches, comme le nettoyage des litières ou les promenades des animaux.

L’été peut être l’occasion idéale pour les jeunes bénévoles et les associations (qui ont souvent besoin de renforts en ces périodes) de nouer un contact et de développer une première expérience. Ulysse comme Hafsa se disent prêts à s’engager pendant leurs grandes vacances.

Shutterstock

Qu'en disent les associations ?

Il n’est pas toujours simple pour une association de dégager du temps d’accueil et de formation de nouveaux bénévoles, a fortiori des mineurs. Les possibilités pour les jeunes de s’engager dépendent avant tout des moyens et des disponibilités des structures. La SPA a créé un réseau de « clubs jeunes » à destination des adolescents de 11 ans à 17 ans. Cela permet aux enfants qui le souhaitent de découvrir le travail d’un refuge. Mais les places sont limitées et il est parfois difficile de trouver des disponibilités. Les associations et refuges indépendants peuvent alors être une excellente alternative.

Jessica Collard, trésorière de Nid’Accueil dans le département de la Côte-d’or (21), fait partie de ces responsables d’associations convaincus du bien-fondé de l’accueil de jeunes bénévoles. « Nous ne sommes pas du tout contre, au contraire ! Plus les enfants sont sensibilisés tôt aux nécessités de la protection animale, plus ils vont devenir des adultes responsables sur ces questions. »

Le refuge ouvre ses portes depuis plusieurs années à des mineurs, essentiellement des enfants de bénévoles qui souhaitent s’investir au côté de leurs parents. Mais depuis le début de la crise sanitaire, Nid’Accueil a reçu plusieurs propositions d’enfants ou de jeunes adolescents proposant de venir à l’association « pour donner un coup de main. » Dès lors la démarche est simple. « La première fois les enfants viennent accompagnés de leurs parents, pour que l’on puisse discuter ensemble et connaitre les attentes des jeunes » détaille Jessica Collard. Plusieurs types d’actions peuvent être menées par ces bénévoles au sein de Nid’Accueil, comme « brosser les animaux, éventuellement les soigner ou simplement passer du temps avec eux pour les gratouiller, leur apporter de l’affection, ça aussi c’est du bénévolat, très clairement ! »

Il peut aussi s’agir de tâches de nettoyage et d’entretien. « Depuis quelques mois, un groupe de collégiennes vient tous les samedis nous aider à faire le grand ménage et la désinfection complète de nos locaux. Elles nous aident volontiers et toujours avec le sourire, je trouve ça très bien ! On dit toujours, même aux bénévoles adultes, que lorsqu’on veut aider une association, quelle qu’elle soit, il faut venir avec son cœur. »

 

* Pour plus d’information vous pouvez consulter un guide édité par l’Éducation nationale, intitulé « S’engager dans la vie associative ; avant 18 ans, c’est possible ! »

 

Si vous souhaitez contacter Hafsa, retrouvez son profil ici

Si vous souhaitez contacter Ulysse, retrouvez son profil ici