Article publié le 02 Avril 2021 10:00:00
par Sophie CHAUDEY

Covid-19 et confinement national : quelles mesures pour les refuges ?

Dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, de nouvelles restrictions s’appliquent à l’ensemble de la France. Solidarité-Peuple-Animal fait le point sur les mesures concernant directement les activités des refuges et des associations de protection animale. 

« Nous sommes une toute petite association, située au bout du monde » rappelle en préambule Jean-François Gélébart, président de l’association l’École du chat de Quiberon, dans le Morbihan (56). La structure a ainsi l’habitude de composer avec les contraintes de l’isolement, et d’une équipe réduite. « Même avant la Covid, nous fonctionnons uniquement avec prise de rendez-vous pour les adoptions. Nous sommes très peu de bénévoles donc il faut s’organiser pour qu’une personne du refuge soit disponible pour accueillir les personnes intéressées. »

Depuis le premier confinement national, adopté en mars dernier, l’association a ainsi réussi à s’adapter d’un point de vue organisationnel, même si elle a durement subi les effets de la crise.

« Aujourd’hui, ce qui nous change le plus, c’est de devoir fournir des attestations de déplacement pour les personnes qui habitent à plus de 10km du refuge. Cela concerne aussi bien nos adoptants, la plupart viennent de région parisienne, que les bénévoles. Ces derniers fournissent un gros travail, il est essentiel qu’ils puissent continuer à venir » indique Jean-François Gélébart.

Comment les refuges peuvent-ils assurer aux mieux leurs missions ? Dans quelles conditions peuvent-ils accueillir du monde ? Quelles cases cocher sur les attestations ? Quels motifs de déplacement sont autorisés ? Voici les différents points des nouvelles mesures de confinement, concernant directement les associations de protection animale :

Les refuges restent ouverts : les adoptions sont toujours possibles

Les refuges et les fourrières restent ouverts, indique le ministère de l’Agriculture, qui précise par ailleurs : « pour éviter que les refuges soient débordés par le nombre d’animaux et en viennent à refuser des animaux recueillis par les fourrières, une tolérance est accordée concernant les déplacements pour l’adoption d’animaux en refuge. »

Afin de limiter les risques de contamination, les autorités recommandent toutefois de suivre certaines règles :

- Choisir l’animal en amont sur le site internet du refuge

- Fixer un rendez-vous avec le refuge. La structure concernée pourra ainsi émettre pour l’adoptant, une attestation dématérialisée comportant l’horaire du rendez-vous

- « En se rendant au rendez-vous, le candidat à l’adoption devra se déplacer seul et être muni, en plus de l’attestation délivrée par le refuge, d’une attestation de déplacement dérogatoire pour « consultations et soins » » fait savoir le ministère.

Les déplacements des bénévoles sont autorisés

« Les bénévoles contribuant à l’activité d’une association déclarée d’utilité publique comme les refuges par exemple sont considérés au même titre que des salariés d’une entreprise s’agissant des mesures mises en place pour la gestion de la COVID-19. Aussi, leur déplacement est permis dès lors qu’ils possèdent une autorisation délivrée par leurs structures. »

Les vétérinaires continuent d’exercer

A la différence du tout premier confinement, en mars 2020, les vétérinaires restent ouverts. Il est donc possible pour les associations de poursuivre les campagnes de stérilisation, d’autant plus nécessaires que la période de reproduction des chats est déjà entamée.

Si la clinique vétérinaire se trouve dans un périmètre au-delà des 10km autorisés, une attestation de déplacement dérogatoire est nécessaire. La case « consultations et soins » est à cocher.

Le nourrissage des chats peut se poursuivre

De même, les actions de nourrissage des chats libres sont autorisées. Il faut toujours veiller à être muni d’un justificatif de domicile en cas de contrôle. Et si les sites de nourrissage se trouvent à plus de 10 km de chez soi, là encore il faut être muni d’une attestation de déplacement dérogatoire, en cochant la case « consultations et soins ».

 

Pour plus de renseignement concernant les animaux de compagnie, le ministère de l’Agriculture a mis en place une foire aux questions spécifique, que vous pouvez consulter ici.

L’École du Chat de quiberon a besoin de bénévoles et de financement pour poursuivre ses missions. Pour les contacter et les aider, consulter le profil de l’association ici